Nunca Mas / Avortement

J’aime pas trop aborder les sujets « chauds » du moment… mais celui ci me secoue les tripes…

Je me suis toujours sentie proche de l’Espagne, déjà géographiquement, mais aussi car on va dire que la moitié de ma famille est espagnole.

Comment faire un tel pas en arrière ?

Il fut un temps où l’Espagne montrait la voie en matière de droits des femmes. Malheureusement, la dynamique s’est inversée…
L’avant-projet de la loi de protection de la vie de l’être conçu et des droits de la femme enceinte, présenté en conseil des ministres peu avant Noël, supprime purement et simplement le droit des femmes à décider librement d’interrompre leur grossesse. Ce droit, consacré par une loi entrée en vigueur en 2010, en autorisant l’avortement sans condition de motif jusqu’à la quatorzième semaine de grossesse, avait considérablement libéralisé la législation postfranquiste de 1985.
Le nouveau texte, proposé par le ministre de la justice  et qui doit être bientôt soumis au Parlement, est plus restrictif encore que celui de 1985. Il n’autorise l’avortement que dans deux cas : s’il y a eu viol et si la santé physique ou psychique de la mère est menacée « de manière durable ou permanente ». Ce risque devra être certifié par deux médecins différents, étrangers à l’établissement où serait pratiquée l’IVG. La loi de 1985 permettait l’avortement en cas de malformation du fœtus, ce que ne prévoit plus le projet de loi actuel.

« On ne peut laisser la vie du fœtus dépendre exclusivement de l’avis de la mère ».

Cette initiative n’est fondée sur aucune justification de santé publique, puisque le nombre d’IVG pratiquées en Espagne était en baisse en 2012. Les motivations du ministre de la justice sont, en réalité, d’ordre idéologique : M. Ruiz Gallardon, ministre de la Justice, déclare « en avoir fini avec le mythe de la supériorité morale de la gauche » et veut à présent porter sa croisade anti avortement devant le Parlement européen.

Le gouvernement espagnol est, dans ce domaine, à contre-courant.20 des 28 états de l’UE reconnaissent le droit des femmes à décider librement de leur grossesse dans les 12 à 14 premières semaines. Seules Malte et l’Irlande, interdisent l’avortement.

Ce droit, acquis de haute lutte par les femmes comme une reconnaissance de leur liberté de disposer de leur corps, est un droit fondamental. C’est une grave erreur d’en faire un instrument de reconquête idéologique.

 

 

 

 

Les cintres, comme les aiguilles à tricoter font partie des méthodes extrêmement dangereuses que les femmes utilisent pour avorter dans les pays dans lesquels l’avortement est illégal. Ces méthodes étaient utilisées en Espagne, comme en France, avant la légalisation de l’avortement. Un tel retour en arrière est inadmissible ! Droit à l’avortement libre et sûr pour toutes ! Derecho al aborto libre y seguro para todas ! (Photos prises sur le Facebook d’OLF)

2 réflexions sur “Nunca Mas / Avortement

Un petit mot fait toujours plaisir !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s