Les matches d’improvisation théâtrale

Y a un truc qui me botte beaucoup et que je ne peux pas faire comme je veux à cause que ça me revient trop cher de le faire… c’est l’impro ! L’improvisation théâtrale, sous forme principalement de matches…

L’impro et moi ça a commencé un peu par hasard…

Avec OVS en fait (le site de sorties amicales dont je parle parfois), car j’allais tous les dimanches soirs avec une bande de potes, faire les quizz au pub Frog&Rosbif. L’animateur du quizz, Marco (mais en fait il s’appelle Cédric…) a finit par sympathiser avec nous. On l’a embarqué dans nos soirées jeux à Lamuse Café, et il nous a convié à le voir jouer au BT59 (salle de concerts à la base mais on peut y mettre un patinoire facilement !)

Moi j’ai eu un réel coup de coeur pour cette discipline. Et en vrai… j’ai kiffé en faire… mais j’étais tétanisée à l’idée de me retrouver sur scène… (et je le suis toujours car je n’ai pas passé le cap !)

Ouai mais l’impro c’est quoiiiii ?!

Atta je t’explique !!!

Bon. Imagine 8 joueurs répartis en 2 équipes. Imagine une mini patinoire de hockey. Imagine un arbitre, 2 arbitres assistants, un maître de cérémonie… Non ? Tu vois pas ?

Imagine des thèmes, des contraintes de temps, de « à la manière de »…

Imagine que ta seule limite soit ton imagination et ton esprit critique (trop développé chez moi encore !)…

Toujours pas ?

Je te montre quelques exemples :

 

Là, Arnaud Tsamère & Simon Astier (mes chouchoux je dois l’avouer !)

Là, les Bonimenteurs, un super duo qui fait de l’impro (mais pas de match là) et qui montre bien l’impro ce que ça donne avec les contraintes de thèmes, ou de mots imposés comme là :

Sinon des fois, ben faut savoir chanter !

Et là vous voyez des conditions de match, patinoire, arbitre etc… et surtout le fait que les équipes soient mélangées et que donc… On ne sait pas l’idée de l’autre avant qu’il ne l’a joue 😉 Ici c’est une équipe faite avec des joueurs de HéroCorp qui se retrouvent contre la LMI.

 

 

Dooooooonc… J’explique.

Un match c’est 3 tiers temps de 20 minutes. L’impro sous forme de match est trèèèès largement inspirée des matches de hockey sur glace puisqu’elle est née au Québec ! Donc les joueurs ont pour maillot un maillot style ceux des joueurs de hockey, les arbitres sont en noir rayé blanc, et donc cela se joue dans une patinoire !

Pour petite info, le match d’impro a été créé par Robert Gravel (qui reste très marquant pour la LNI (la grosse ligue nationale du Québéc)), et il a créé ça avec des potes à lui, dont Pierre Martineau, le premier MC (maître de cérémonie), qui en débarquant en France pour y vivre, et surtout à Bordeaux, a créé la Licoeur, une des plus grosse ligue d’improvisation bordelaise (dont j’ai eu l’honneur de faire partie donc)

Autant vous dire qu’à la Licoeur, on est sacrément fiers d’être la petite sœur de LA ligue d’impro québécoise !!

Donc, une fois qu’on à qui, et où… Ils font quoi ??

L’arbitre tire au hasard les thèmes (inconnus des joueurs) et indique la forme que l’impro prendra en faisant varier plusieurs éléments :

  • la nature: mixte ou comparée : une improvisation mixte permet aux deux équipes de jouer ensemble alors qu’une improvisation comparée voit les deux équipes se succéder sur la patinoire.
  • le titre, ou thème : il s’agit le plus généralement d’un mot ou d’une courte phrase choisi par l’arbitre lui-même mais, parfois, hors match, choisi par le public.
  • le nombre de joueurs : il peut être libre ou bien imposé par le carton.
  • la catégorie : elle peut être libre ou encore dictée par le carton parmi un large éventail de possibilités (à la manière de Molière, de Michel Audiard, chantée, en rimes, sans parole, silencieuse, avec accessoire, etc…)
  • la durée : elle varie généralement de 30 secondes à 8 minutes, mais peut aller jusqu’à 20 minutes.

Une fois que l’arbitre a annoncé le menu (par exemple, Improvisation comparée de 5min, Thème : Le chapeau de la voisine, à la manière d’un Tex Avery, 2 joueurs), les joueurs de chacune des équipes ont 20 secondes pour se concerter (ce qu’on appelle le caucus). En réalité durant le caucus, on décide juste de qui se lance en premier, souvent le plus inspiré et celui qui en a envie !! On ne prévoit rien… parfois vite fait un personnage, son but, son humeur, mais pas de scénario, le but étant vraiment d’improviser ! Puis 20s c’est court !

À la fin de chaque improvisation, le public, à l’aide d’un carton réversible, aux couleurs des équipes, vote pour la meilleure prestation. Un point est accordé à l’équipe obtenant la majorité des votes du public et remporte l’improvisation.

Dans les matches officiels, le public peut manifester son ennui ou son mécontentement en lançant des chaussettes sur la patinoire (qui lui sont données à l’entrée). Traditionnellement, on balance la sauce à l’arbitre, vu qu’il a un peu le rôle du rabat joie qui vient mettre des fautes… Mes des fois, un arbitre joue le jeu de vouloir tirer le meilleur des joueurs et il fait tout pour que le show soit total !

L’arbitre est là pour faire respecter un certain nombre de règles bien établies. Il peut siffler des fautes à l’aide d’un gazou. Ainsi, il existe 16 fautes officielles (ça va du non respect du thème, du retard de jeu, du refus de personnage quand on se trompe de prénom etc.. du décrochage si on quitte son rôle pour rire, ou même des fautes de rudesse, quand par exemple on agit de manière un peu forcée sur son partenaire de jeu, mais ça arrive rarement…). Chaque équipe totalisant trois fautes donne un point à l’équipe adverse.

Le match d’improvisation est avant tout un spectacle. Et le fait de le faire sous forme de match et de compétition n’est qu’un prétexte !!

Pour le joueur, l’impro c’est : écoute, rapidité de réaction, humilité (juger quand il est opportun d’intervenir ou non), mise en danger, imaginaire riche, travail d’équipe, ne pas se mettre trop en avant donc, sauf si cela sert l’impro…

 

Les ateliers sont en tout cas très riches en émotion, ils sont de vrais défouloir où on apprend à se lâcher en sachant que le groupe ne nous jugera pas. On apprend qu’il n’y a pas de ridicule, que l’imagination est sans limite quand on se lâche ! Et que notre pire ennemi, même dans la vie de tous les jours… C’est nous et notre esprit critique !!

La Ligue Majeur d’Improvisation (LMI) Ligue nationale française

La Ligue Nationale d’Imprvisation (LNI) Ligue de Québec

La Ligue d’Improvisation de Paris (LIP) Ligue de Paris

Le Groupe d’Improvisation du Terril (GIT) Ligue de Lille

La Licoeur, Ligue de Bordeaux

Bordeaux Improvisation Professionnelle (BIP)

Voilà en gros ♥ Je vous conseille d’aller voir un match un jour si vous en avez l’occasion !! Moi je vais voir mes anciens camarades mercredi 😉

13 réflexions sur “Les matches d’improvisation théâtrale

  1. ruedesgrandsespoirs dit :

    J’avais été à un match d’impro ONDAR/LIFI, j’avais trouvé ça impressionnant mais toujours pareil. Après, ça doit dépendre des matchs évidemment, mais celui-ci m’avait laissée sur ma faim 🙂

    J'aime

    • Didi dit :

      Oui cela dépend et il a pour beaucoup une question de feeling avec les ligues ou non.
      Chaque Ligue cultive un état d’esprit, un humour, et sur Bordeaux, des ligues ne me font pas rire du tout…
      Puis y a des fois… ils sont juste mauvais car fatigués ou pas dans le move… ça se joue beaucoup beaucoup avec son état d’esprit du moment…

      Je rêve d’aller voir l’équipe de Astier jouer…
      Tsamère en bon bordelais est venu jouer avec la Licoeur déjà 😉

      J'aime

    • Didi dit :

      Oui moi aussi j’aurai tendance à m’égarer mais plutôt avec son frère 😉
      Tu comprends le roi Arthur toussa toussa… Moi je ne suis qu’une pauvre mécréante !

      J'aime

      • sachieuse dit :

        ben moi les 3 astier me plaisent… le père est vieux c’est vrai, mais on voit à ses traits qu’il a été vachement beau, je trouve que c’est le plus fin des 3…. j’ai cherché j’ai jamais trouvé de photos de lui à 30/40 ans

        J'aime

  2. Nathalie dit :

    J’adore aussi, enfin regarder, être dans le public, pas sur scène. En plus en ce moment il y a plein de festivals. Dont le 11eme festival d’impro de la libido (notre troupe brestoise) ou plein d’autres villes viennent se « battre ». Le 21 février il y en avait de bordeaux d’ailleurs, mais c’est une fille de la libido qui a gagné (les bretons sont chauvins et n’ont voté que pour elle?? nooooooooooooon jamais 😉 ) Puis bientôt le festival subito. Enfin plein de bon catch et d’impro à venir, trop hâte de voir ça (avec ovs tjs^^)

    J'aime

Un petit mot fait toujours plaisir !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s